#NuitDeboutBXL #NuitDebout #43mars - Compte Rendu

Aller en bas

#NuitDeboutBXL #NuitDebout #43mars - Compte Rendu

Message par DanielB le Sam 23 Avr - 14:27

43 mars pour certains, 12 avril pour d'autres. La septième Nuit Debout de Bruxelles s'installe. Le matériel installé, il ne reste plus qu'à allumer le micro et lancer l'Assemblée. Après une relecture du compte rendu, puis un rappel des signes, c'est le moment de lancer le thème voté à la fin de l'Assemblée Générale de la veille : les réfugiés, l'armement et la guerre.

Le thème des réfugiés nous accompagnera tout le long de la soirée. Un premier intervenant met en avant les choix politiques problématiques face à ce que certains aiment à appeler la "crise" des réfugiés. Nos gouvernements ont choisi d’aller bombarder certains pays mais refusent de venir en aide aux gens qui subissent ces bombardements. Il n'y a qu'à regarder l'enfer de la "jungle de Calais" en France et du parc Maximilien à Bruxelles, le manque d'aide apporté par nos politiques. On rappelle l'urgence quotidienne dans laquelle ces personnes se trouvent et l'aide dont ils ont besoin, face à de nombreux obstacles tels que les langues, les violences policières, les problèmes de passeurs évidement -auprès desquels ils doivent investir des sommes colossales pour rejoindre l’Europe, si bien qu'ils se retrouvent souvent ici sans rien-, mais aussi la privatisation des centres, employant de plus en plus des personnes non qualifiées d'un point de vue social. De plus, l'état, jouant sur les récents évènements, renforce le racisme en collant l'étiquette de "terroristes" sur l'ensemble des migrants.

Un intervenant parle alors de la plateforme www.wecanhelp.be mettant en relation facilement des personnes pouvant aider et des réfugiés dans le besoin.

Sur la question de l'armement et des guerres, l'assemblée ne manque pas de souligner les engagements socio-économiques que nos états ont derrière les guerres. Un intervenant soulève d'ailleurs le fait que nous investissons dans nos banques, qui investissent ensuite dans l'armement. Nous soutenons donc tous, à notre insu, la militarisation ! Avant de vouloir changer le monde, commençons par agir à notre échelle, notamment en investissant dans des banques plus éthiques que d'autres.

L'assemblée laisse petit à petit tomber le sujet de la militarisation pour des questions plus économiques, notamment la dette et la "crise" économique. Nous ne pourrons jamais rembourser cette dette, 80% de nos impôts y contribuent déjà ! Pour la plupart des Nuitards, cette "dette" n'est plus rien d'autre, à l'heure actuelle, qu'une gigantesque extorsion de fonds. De plus, la crise est un choix de l'état. Nos gouvernements, tout à fait capables de briser la tirelire quand il s'agit de matériel militaire, refusent d'investir dans le social, l'éducation ou l'écologie, sous prétexte que les fonds ne sont pas suffisants.

La Cellule action prend à son tour la parole et propose de marquer "Nuit Debout" sur les billets de banques pour se les réapproprier. L'idée marque les esprits et suscite beaucoup de réactions. Globalement l'assemblée semble d'accord, mais beaucoup sont d'avis qu'il doit surement y avoir des messages plus percutants à inscrire sur ces billets. On décide donc que chacun sera libre d'y noter ce qu'il veut.
Que serait une Nuit Debout sans un moment de musique, accompagné de paroles improvisées par l’un des intervenants. Peu après, un porte parole de la Nuit Debout Paris vient nous raconter son expérience de la Nuit de la capitale française : manifestations éclaires, reconstructions, aller boire un verre chez Valls... Autant de sources d’inspiration auxquelles insuffler l’esprit bruxellois nuitard.

Plus tard, quelqu'un annonce que la Police vient d'appeler. Ils ont apparemment déjà reçu trois plaintes et vont devoir confisquer le matériel audio, si nous ne coupons pas le son. On commence à penser qu'il ne faut pas se laisser faire par la police et un membre de la cellule action propose un cri collectif, autant les ennuyer jusqu'au bout ! C'est finalement le départ du propriétaire du baffle, soucieux de le récupérer, qui nous poussera à nous passer de micro. L'assemblée se dit qu'il faudrait trouver les gens qui portent plainte et entamer le dialogue pour les sensibiliser aux Nuits Debout.

Vers la fin de l'AG, on parle de convergence des luttes, mais les avis sont trop mitigés pour trancher. Certains proposent d'inviter des associations, tel que Toute Autre Chose ou Hart Boven hard, ou des personnalités à nous faire part de leur expérience ou simplement à prendre le micro.

Les Nuits Debout ce propagent et touchent chaque jour un peu plus de villes. n'oubliez pas que chacun(e) d'entre vous peut venir prendre la parole librement.

La nuit nous appartient !

NDLR : nous nous excusons si ce Compte Rendu vous parait plus “compact” que les précédents. Nous manquons toujours de rédacteurs libres en semaine. Pour toute proposition d’aide, envoyer un mail à souslelampadaire@gmail.com

DanielB

Messages : 27
Date d'inscription : 06/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum